Myéline

Chez les vertébrés, les axones sont isolés par des manchons de myéline qui permettent une propagation saltatoire rapide des potentiels d'action et leur fournissent un support métabolique. La myéline est fabriquée par des cellules gliales : les cellules de Schwann dans le système nerveux périphérique, et les oligodendrocytes dans le système nerveux central. Dans plusieurs pathologies humaines, la structure ou la physiologie des axones myélinisés est altérée, ce qui provoque des défauts axonaux et un ralentissement, voire une perte, de la conduction.

Notre but est de    1) comprendre comment les cellules gliales contribuent au support métabolique des axones myélinisés dans des conditions normale et pathologique

                              2) développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les désordres axonaux et de démyélinisation.

 

fig 6.1 ouvertureLa manière dont les cellules gliales fournissent leur support métabolique aux axones n'est pas claire. De nombreuses données indiquent qu'elles les approvisionnent en lactate, qui peut être convertit en pyruvate qui sert de sustrat pour la chaines de transport des électrons afin de produire l'énergie cellulaire sous forme d'ATP. Cependant, l'importance du lactate pour un axone sain ou abimé n'est pas compris. En utilisant des approches d'imagerie en temps réel, nous étudions le rôle du lactacte dérivé de la glie dans les axones myélinisés et non myélinisés, en particulier dans la production d'ATP et la maintenance des axones.

 

 

 

 

 

eq6.2 ouverture1

La plus fréquente des neuropathies héréditaires est une maladie démyélinisante résultant d'une perte des manchons de myéline. Nous développons une approche pharmacologique pour prévenir la démyélinisation périphérique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

eq6.2 ouverture2Les maladies de Charcot-Marie-Tooth (CHT) forment un groupe de neuropathies périphériques héréditaires définies par une faiblesse des muscles distaux, une atrophy et une perte sensorielle. Il n'y a pas de traitement pour les CHT, mais la thérapie génique est une piste thérapeutique. Notre but est de faire la preuve de principe d'une thérapie génique dans les nerfs périphériques en utilisant un vecteur AAV (adeno-associated virus).

 

 

 

 

 

 

 

 

eq6.3 ouverture

Les neuropathies inflammatoires sont des pathologies autoimmunes hétérogènes qui affectent les nerfs périphériques. Notre groupe a montré que les noeuds de Ranvier pouvaient être une cible de l'attaque immunitaire dans ces maladies. Notre but est d'identifier les mécanismes pathogéniques conduisant à la perte de conduction dans les pathologies démyélinisantes humaines, d'identifier de nouveaux biomarqueurs diagnostiques et de déterminer la fonction des protéines de la myéline.